Archive for novembre 2011

Vivir simplemente y no equivocarse en el camino!

Cada vez que me veo confrontada a la creencia de que para ser feliz hay que trabajar mucho para consumir mucho y ser feliz de esa manera, recuerdo esta historia. Para mí, ella condensa la filosofía de la simpleza voluntaria, a la cual trato siempre de dirigirme:

Un hombre de negocios pasaba sus vacaciones en un pueblo costero. Una mañana advirtió la presencia de un pescador que regresaba con su destartalada barca.
“¿Ha tenido buena pesca?”, le preguntó.
El pescador, sonriente, le mostró tres piezas: “Sí, ha sido una buena pesca”.
El hombre de negocios miró al reloj: “Todavía es temprano.Supongo que volverá a salir, ¿no?”.
Extrañado, el pescador le preguntó: “¿Para qué?”.
“Pues porque así tendría más pescado”, respondió el hombre de negocios.
“¿Y qué haría con él? ¡No lo necesito! Con estas tres piezas tengo suficiente para alimentar a mi familia”,
afirmó el pescador.
« Mejor entonces, porque así usted podría revenderlo”.
« ¿Para qué?”, preguntó el pescador, incrédulo.
« Para tener más dinero”.
“¿Para qué?”.
« Para cambiar su vieja barca por una nueva,mucho más grande y bonita”.
« ¿Para qué?”.
“Para poder pescar mayor cantidad de peces”.
“¿Para qué?”.
“Así podría contratar a algunos hombres”.
“¿Para qué?”.
“Para que pesquen por usted”.
“¿Para qué?”.
“Para ser rico y poderoso”.
El pescador, sin dejar de sonreír, no acababa de entender la mentalidad de aquel hombre. Sin embargo, volvió a preguntarle: “¿Para qué querría yo ser rico y poderoso?”.
“Esta es la mejor parte”, asintió el hombre de negocios. “Así podría pasar más tiempo con su familia y descansar cuando quisiera”.
El pescador lo miró con una ancha sonrisa y le dijo:
“Eso es precisamente lo que voy a hacer ahora mismo”.

Publicités

Quand j’étais doula

Avant de vous raconter comment c’était quand j’étais doula, je dois vous raconter comment je suis arrivée à le devenir.

Pre-histoire

En 2004, me voilà enceinte et remplie de questions. Je découvre le monde des « birthactivists » ou militants de la naissance… et, comme beaucoup d’autres internautes polyglotes, je fais connaissance des versions francophones, espagnoles et anglaises du mouvement pour l’humanisation de la naissance.

C’est parmi les anglophones que je découvre le mot doula et je tombe sous le charme de cette figure qui me faisait penser aux sage-femmes d’un autre temps, n’ayant pas d’autre outil que leur présence rassurante, leur savoir de mères et de femmes.

Pour mon deuxième accouchement, en 2007, j’ai brièvement pensé à faire appel à l’une des quelques doulas belges qui débutaient. Mais finalement, je me disais qu’il y avait déjà trop de monde prévu pour ce moment, que je voulais intime avant tout.

C’est avec les grossesses et accouchements d’amies et de connaissance que j’ai accompagné que, sans m’en rendre compte, j’empruntais le chemin…

Mais quand j’ai voulu aller plus loin, je me suis heurté à une évolution que je n’avais pas prévue : l’accès à la « certification ».

En Belgique -au moins dans le monde francophone-, à l’époque, la seule formation qui m’attirait et qui permettait de se « certifier » comme doula coûtait une (petite) fortune… et s’étalait sur 4 ans !

Je me suis mise à douter : pour moi, les doulas ne doivent pas nécessairement savoir beaucoup de choses, apprendre beaucoup de techniques… puisqu’elles ne doivent RIEN faire. Leur raison d’être et leur efficacité relevait de leur capacité à accompagner dans la discrétion et dans la singularité des besoins de chaque femme.

Pleine de doutes, je me suis quand-même inscrite à une séance d’in-formation avec Michel Odent et Liliana Lameers… et me voilà partie pour quelques jours à Londres, pour rencontrer d’autres femmes qui, comme moi, étaient passionnées par les accouchements et les idées de Michel Odent.

Au bout des 3 jours de cette aventure, je partais heureuse d’avoir pu écouter Liliana parler de son expérience. J’ai ressenti que j’avais ce qu’il fallait au fond de moi. La certification ? ça ne m’intéressait plus du tout !

Un détour pour y arriver

Mais, ma vie prenait un chemin inespéré : le retour aux racines, à mon pays, aux Andes qui m’ont vu naître. Je voyais ce voyage comme une mise entre parenthèse de mon désir de débuter comme doula… mais les choses se sont déroulées différemment aux plans initiaux : le projet auquel j’étais censée participer n’a pas pu démarrer, me voilà sur place et sans « projet » (sans boulot quoi…).

Belle opportunité de m’impliquer dans le réseau local pour l’humanisation des naissances, les aidant notamment à créer un blog (qui n’a malheureusement pas été alimenté depuis…), organisant des formations pour des employés des dispensaires de santé et même comme consultante sur l’adaptation des salles d’accouchement aux besoins culturels des femmes. Une opportunité unique, rêvée… aussi pour rencontrer des sages-femmes empiriques des communautés andines et des villes. J’ai découvert l’ancien art des accoucheuses : manteo, encaderamiento, des vertus de certaines plantes et produits animaux… mais j’ai surtout compris que, dans ce coin du monde, les sage-femmes empiriques sont amenées à pratiquer leur art dans les hôpitaux et aux côtés d’autres prestataires (occidentaux, le plus souvent)… comme les doulas dans les pays du Nord.

Étrange découverte que d’entendre les récits de ces femmes qui se sont initiées à 13 voire 12 ans comme sage-femmes, souvent aux côtés de leurs mères ou sœurs. Une d’entre elles m’a confié « quand ma mère a commencé à crier, j’ai su que le bébé était en train d’arriver et j’ai mis les mains ! » Le savoir qui est en soi…

J’ai décidé de me lancer : hop, quelques contacts, quelques billets sur un blog crée cette fois-ci avec le but de faire la promotion de ma pratique et voilà mes premières clientes !

El 6 mois, j’ai pu accompagner 3 naissances (en plus des 3 accouchements que j’ai accompagnés quand je travaillais pour l’UNFPA, en tant que consultante), notamment deux accouchements à domicile, aux côtés d’un médecin exceptionnel, un ami et un frère dans le chemin de la naissance respectée !

Maintenant, je sais que rien n’est aussi beau qu’une femme qui cherche en elle-même sa force pour donner la vie et que rien n’est plus sacré que le mot et le geste justes pour l’aider dans sa recherche.

Et maintenant ?

Retour à la vie européenne. Besoins différents. Pas possible de poursuivre dans cette voie… pour l’instant. Mais je cherche encore une sorte de force, de lumière (et surtout des ressources financières !!!), qui me permettront, peut-être, de revenir vers cette voie que j’ai découverte…

entre temps, reste le blog !

Inspiraciones canadienses

Hace un par de días me enteré de la respuesta valiente e inteligente de una asociación de defensores del parto domiciliario de Québec. Comparto con ustedes unos párrafos de la misma. Esperando pueda inspirales.

“En el número de octubre 2011 de la revista “Enfants Québec”, el presidente de la Asociación de gyneco-obstetras de Québec, Robert Sabbah, afirma que los partos en casa, aunque legales en su país, son incaceptables según su punto de vista. Para este doctor “Dar a luz en casa es criminal, irresponsable y peligroso”.

Una falta de respeto

Estas afirmaciones son una falta total de profesionalismo y de respeto ante las muejres. De la misma manera, van en contra de de los datos científicos actuales, los cuales demuestran la seguridad de los partos domiciliarios (ver especialmente el meta-análisis Olsen que se basa en 607 estudios sobre el tema de los partos en casa y sobre la cual se basa el Consejo de evaluación de los proyectos piloto de las casas de parto, para recomendar al domicilio como un lugar acpetable para la la práctica de las obstetrices – http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/9271961).

Estas afirmaciones mancillan y desprestigian el trabajo de las obstetrices de Québec, las cuales continúan teniendo que confrontarse desde hace años a esta ctitud desdeñosa o, en el mejor de los casos, a la ignorancia imperdonable de demasiados médicos. Recordemos que en Québec, la obstetriz es la única profesional que propone sus servicios en diversos lugares, incluyendo el domicilio. Por lo tanto, las frases de Robert Sabbah equivalen a afirmar que la profesiona de obstetriz se ejerce de manera criminal, irresponsable y peligrosa.

Además, las declaraciones de este médico contradicen ampliamente el código de deontología de los médicos que estipula que “el médico que ser dirige al públicop debe comunicar una información factual, exacta y verificable. Esta información no debe en ningún caso contener ninguna declaración de naturaleza comparativa o superlativa que denigre o menosprecie un servicio o bien propuesto por otro médico u otro profesional (artículo 88.01). De la misma manera, “el médico que expone opiniones profesionales a través de los mediod debe conformarse a los datos científicos actuales…”(artículo 89).

Más allá de la desinformación

En otros lugares del mundo, como en Inglaterra, el Colegio real de los ginecólogos-obstetras llegó a la conclusión que demasiados bebés nacen en los hospitales y que sería bebéficos aumentar la tase de nacimientos FUERA del hospital ( www.bbc.co.uk/news/health-14145862)…. »

Pueden encontrar el artículo original en francés en el siguiente enlace:

http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/opinions/points-de-vue/201110/19/01-4458842-pour-en-finir-avec-la-resistance-des-medecins-face-a-laccouchement-a-domicile.php

 

%d blogueurs aiment cette page :