Posts Tagged ‘environement’

Une année sans voiture

Tout a commencé sans péméditation. Un jour la voiture familiale est tombée en panne et s’est avérée irréparable. Nous nous sommes retrouvés face à un choix : soit on en achetait une d’occasion, soit on s’endettait pour acheter une neuve, moins polluante. On s’est dit  « Et si on essayait de s’en passer? ».

Nous avons décidé de rien décider et…. une semaine plus tard, tout se passait toujours bien! Puis un mois entier s’est passé sans que la voiture s’avère indispensable, puis le printemps est arrivé… A ce moment-là, nous avons reçu quelques centaines d’euros pour « l’épave » et nous avons acheté deux vélos, avec siège bébé…

Et nous voilà parents sans voiture…ou vélo-parents!

« Impossible » selon certains, « choix fanatique » selon d’autres… « irresponsable » d’après la plupart (c’est tellement dangereux et pluvieux dans la rue!!). Les préoccupations et questions les plus courantes sont « et comment vous faites pour les courses? » ou bien « mais ça ne vous fait pas peur de rouler avec les petits à vélo? », « c’est pas dangereux? » ou le classique « mais vous êtes en train de respirer toute la pollution!!! » ou bien… « ah! si j’avais le temps!… »

Bien… les courses : c’est vrai, nous ne faisons pas des courses une fois tous les quinze jours au supermarché… (d’ailleurs, nous n’allons pas au supermarché en dehors de rares situations de dépannage). Nos légumes  sont déposés toutes les semaines à une école près de chez nous, avec un système se souscription à un « panier bio ». Les produits d’entretien et d’épicerie, nous les achetons au fur et à mesure au magasin (bio), en rentrant ou en allant au boulot, et les laitages et viandes une fois par semaine au marché. Et tout se tient : on participe à un mode de consommation en dehors du cycle de la grande distribution, avec tous ses avantages : plus solidaire, plus éthique, moins polluant, plus sain… Et c’est vrai que, en étant obligés de transporter ce qu’on achète avec l’élérgie de nos jambes… on achète le nécessaire et pas du superflu! Résultat : moins de gaspillage et moins de déchets!

Le temps : c’est vrai, il pleut (beaucoup) en Belgique… Mais il est possible de s’équiper en vêtements de pluie adaptés et le temps qu’on perd en s’habillant et en habillant les gosses (et oui, ça prens un temps fou!) on le gagane lorsque les embouteillages bloquent tout le monde… sauf les cyclistes!

Le danger : en 1 an le bilan est d’une chute toute à fait bénigne tout au début de l’aventure… Mais c’est vrai, le danger est là… et plus on évite le traffic mieux c’est!

La pollution : ça, ça me fait rire… quand on sait que l’endroit le plsu pollué est habitacle des voitures… No comment! Bon, ceci dit, mon homme vient de s’acheter un masque… pourquoi pas?

Donc, un an sans voiture, jour pour jour…. Bilan positif! On continue!

Les bonnes nouvelles qui s’ignorent

Ce matin, j’écoutais les commentaires affolés de deux clients lorsque j’achetais mon sandwich: Il parait que le baril de pétrole a atteint un nouveau record… L’essence sera encore plus chère et toujours plus chère.

Quel sera le seuil critique qui fera le déclic chez les utilisateurs des voitures (moi, il y a encore quelques semaines, j’en faisait partie… shame on me!), on imagine mal la vie sans voiture. Et pourtant, je vous jure, il y a moyen!

Même avec deux enfants…

Et toi, quel est ton seuil? Combien faudra payer pour se passer de la voiture?

Ah!, J’oubliais! Souvent on ne paye pas de sa poche… voiture de société oblige… Alors, qu’est-ce qui ferait qu’on puisse s’en passer un jour?

%d blogueurs aiment cette page :