Posts Tagged ‘féminisme’

Badinter, à froid

Le débat que le livre de Badinter a suscité  s’est un peu calmé… je vous propose quelques réactions « à froid », largement puisées d’une discussion avec les mamansnature.

Que penser de la « sensibilité féminine » ?

Je me méfie de ce type d’idées reçues (qui sont basées sur des préjuges et des stéréotypes) j’ai peur que si on commence par dire « le sixième sens est féminin », « il y a une sensibilité féminine qui nous rend différentes aux hommes » on termine par justifier (comme par le passé) que les hommes aient l’exclusivité du pouvoir politique (parce que la contre-partie de « l’âme sensible féminine », c’est le pouvoir du mâle) pour décider à notre place, gérer nos comptes en banque…

Je suis d’accord avec le fait de critiquer Badinter à partir du moment qu’on critique son point de vue individualiste de l’émancipation  » qui, selon moi se traduit par « je ne peux m’épanouir qu’en tant que femme-individu! donc la maternité doit passer au second plan »

Pour moi, elle limite l’aptitude à se soucier des autres (qui est universelle) à la maternité.

Tous les êtres humains sont capables de compassion, amour, sollicitude. HOMMES et FEMMES.

Simplement, on apprend aux petits garçons à réprimer ça… et on encourage les petites filles à vouer son âme à ça!

Je ne critiquerait jamais Badinter avec une vision essentialiste de la différence (sexuelle, d’orientation sexuelle ou raciale) car c’est la porte ouverte à toutes les dérives que notre genre humain a connu : mort et violence!

Est-ce qu’il faut revendiquer des droits spécifiques ?

On peut considérer que toutes les personnes (et pas seulement les femmes) traversent des moments où elles ont besoin de droits spécifiques pendant leur vie: les mères d’un congé qui leur permette de récupérer de l’accouchement, les personnes âgées, les malades ou moins valides, les enfants, les victimes de catastrophes naturelles… Il s’agit moins d’une question lié au sexe que d’une question ontologique: l’être humain n’est pas toujours un individu auto-suffisant. La dépendance vis-à-vis des autres est inhérente à l’expérience humaine. Nous sommes vulnérables.

Le problème, c’est que quand les femmes se contentent d’assumer elles seules cette vulnérabilité (surtout celle des vieux et des enfants), la société leur empêche de prendre part aux décisions qui pourraient distribuer cette responsabilité vis-à-vis des plus vulnérables parmi tous ces membres (hommes femmes, riches et pauvres, blancs et colorés, belges de souche et allochtones).

Qui s’occupe des vulnérables dans nos sociétés? Les femmes… surtout si elles sont pauvres et viennent d’ailleurs!

Badinter, dans son livre ne fait qu’effleurer cet aspect (le care ou le soin et le souci des autres) et en parle que pour lui enlever toute sa profondeur et son intérêt d’un point de vue critique de l’individualisme libéral (qu’elle ne pourrait assumer de par son identification totale avec lui).

Maternité choisie, droits spécifiques et engagement féministe ?

Si nous pouvons choisir actuellement d’être mères (au foyer et à temps plein), c’est parce que des féministes (comme Badinter, mais aussi Flora Tristan et Olympe de Gouges avant elle!) se sont battues pour qu’on aie le choix. Néanmoins, il faut toujours garder à l’esprit qu’elles ne se sont pas toujours battues au nom de notre droit à être mères. Nous n’avons jamais, en tant que femmes, dû nous battre pour avoir ce choix-là. Pendant des millénaires, ça nous a été imposé comme une fatalité.

Nous nous sommes battues pour avoir le droit à être autre chose que mères.

Personnellement, je doute que l’on puise vivre la maternité de manière heureuse si elle est une obligation et encore moins si elle est une fatalité. Donc, d’accord pour dire qu’on est (plus) heureuses peinard à la maison à s’occuper de nos enfants et de notre foyer… mais dites-vous bien, que si vous le faites dans la joie et de façon choisie, c’est grâce au fait qu’il y a des femmes qui se sont battues pour ce choix!

En ce qui concerne les combats qui nous concernent en tant que femmes et mères, l’acquisition de droits spécifiques liés au fait qu’on accouche les générations futures, il est impératif pour nos intérêts de femmes et de mères d’être autre chose de des mères, limitées à des intérêts privés : si toutes les femmes si disaient « On est bien à la maison. Pas envie d’aller se fatiguer à l’extérieur, aux parlements, aux gouvernements, dans les collectifs féministes, syndicats ou tout autre collectif de lutte pour les droits… » qui défendrait nos droits?

Si nous évitons de nous impliquer en dehors de la sphère privé, d’autres s’occuperont à trouver des réponses à notre place… et ce seront des réponses qui ne nous conviendront pas du tout.

La maternité comme fondement de la féminité ?

Ce n’est pas un secret : je suis fascinée par la maternité. Je trouve, effectivement, que c’est un processus fascinant, une opportunité d’entrer dans une dimension extra-ordinaire de l’expérience humaine… et c’est vrai que les hommes n’ont pas accès à certains aspects corporels de ce type d’expérience (la grossesse, l’accouchement, l’allaitement)… mais c’est exactement ce que F Héritier voit comme étant la source de notre malheur aussi (et je la rejoint là dessus) : c’est en voulant s’approprier symboliquement de notre pouvoir à accoucher les générations futures, que les hommes ont imposé leur suprématie, qu’ils ont crée l’appareil idéologique de notre soumission.

Est-ce qu’il faut pour autant partir en croisade contre les hommes? Je ne pense pas. Les hommes des générations actuelles ne sont pas responsables de la mise en place de cette idéologie. Bien que certains d’entre eux (machos de base, talibans, fanatiques religieux de toutes sortes, masculinistes, fachos…) sont responsables d’entretenir cette idéologie… et il y aura toujours des femmes solidaires avec eux, parce qu’elles n’ont pas le choix!

Néanmoins, je ne pense pas que la maternité soit l’essence de l’expérience féminine. Elle peut être une partie plus ou moins importante et stimulante de celle-ci, surtout si elle est vécue LIBREMENT. Il y a des femmes pour qui la maternité n’est même pas un projet et elles sont autant femmes que moi. Je ne suis pas du tout sûre que nous toutes pensions à la maternité avec la même passion ou intérêt et ça, c’est super! J’aime que l’on puisse choisir la maternité ou l’ignorer complètement.

Donc, j’aimerais croire que des femmes qui ne se sont jamais senties concernées par la maternité soient considérées autant femme que les mères et autant humaines que les hommes!

La spécificité féminine réside-t-elle dans la biologie?

La physiologie est une donnée matérielle… qui a l’air tellement évidente, tellement indiscutable. Néanmoins, il y a des féministes comme Judith Butler qui, actuellement, remettent même en questions la détermination de la physiologie dans la construction du sexe… c’est très troublant… mais très libérateur.

Je pense que si on était vraiment libres et qu’on était moins conditionné par l’idéologie hétérosexuelle, on formerait des couples avec des personnes de notre choix, peu importe leur sexe…

C’est pour cette raison-là ça que l’idéologie de la complémentarité homme-femme me dérange. Non, pas parce que je sois lesbienne, bi ou autre (je suis très conditionnée par la « matrice hétérosexuelle », je ne suis attirée que par des hommes!), mais parce qu’elle occulte les rapports de pouvoir qu’il y a entre les sexes.

Dans les relations hommes-femmes, dans une société patriarcale comme la notre, les hommes ont plus de pouvoir que les femmes. ça s’appelle la « différence de valence des sexes » (voir les travaux de Françoise Héritier) et c’est une donnée assez universelle : un homme vaut plus qu’une femme, dans les structures mentales de la plupart des peuples (si pas tous) de la planète.

Cette idéologie n’est pas produite -ni même partagée- par tous les hommes contemporains (donc je ne suis pas « contre les hommes »), mais par la société patriarcale toute entière depuis les temps ancestraux et cela nous inclut nous, femmes.

Choix et liberté

Certes, on a le choix… mais est-ce que ce choix est fait à partir d’un calcul rationnel ou à partir d’un désir? Je pose la question, mais je n’ai pas de réponse…

La liberté, pour moi, c’est beaucoup plus que le choix.

Le choix dérive d’une vision individualiste (libérale) de la liberté.

Personnellement, j’aimerais que toutes les femmes (et hommes) soient libres… et ça c’est plus important, à mes yeux, que le choix!

Je préférerais ne pas devoir choisir entre ça ou ça : café ou thé, profession ou maternité, reconnaissance ou tranquillité, etc…

J’aimerais pouvoir être actrice de ma vie, décider ce que je veux en faire et obéir à mon désir sans devoir le contraindre par les limitations matérielles.

Le conflit de Badinter : la vision minoritaire et la sollicitude.

N’ayant pas encore lu son livre, je ne me permettrai pas de le critiquer. D’ailleurs, je trouve qu’elle a en partie raison : on se prend très mal pour développer certaines initiatives, comme la promotion de l’allaitement – il y a bel et bien un risque de culpabilisation qu’on pourrait éviter en centrant l’allaitement autour de l’expérience de la mère et pas au nom du bien-être de l’enfant (discuté ici). De même, je ressens aussi un certain malaise lorsque l’on voudrait justifier le bien fondé de certains choix -comme l’accouchement non médicalisé- exclusivement à partir d’une lecture physiologiste (« il faut laisser les hormones faire le travail parce que le plus important, c’est de laisser vivre son instinct… »).

Par contre, les propos tenus dans les interviews qu’elle a donné donnent déjà de la matière à situer où est le problème et, à mon sens, il est à deux niveaux :

1.Le refus à admettre les courants minoritaires / différents au sein du féminisme

Aux années 70, la deuxième vague du féminisme a surgit dans un élan de questionnement d’une pensée unique, masculine, patriarcale. L’objectif de féministes de cette période (comme S. de Beauvoir), était de démontrer que ce qui était présenté comme « universel » n’était, en réalité, que l’occultation du point de vue des femmes, pour faire valoir les intérêts des hommes.

Mais, le féminisme s’est institutionnalisé depuis ses premières conquêtes, développant lui-même aussi une sorte de pensée unique dans ce que l’on pourrait appeler « sa ligne traditionnelle ».

A partir de ce courant, que l’on pourrait qualifier de majoritaire (surtout dans les pays francophones) -puisqu’il est souvent reconnu par les autorités académiques et politiques-, on a l’impression qu’on trace actuellement des frontières entre ce qui serait ou pas féministe. Ainsi, des visions minoritaires, comme les féminismes appelés « différentialistes » ou même « maternalistes » sont délégitimés… ne parlons même pas des féminismes à connotation religieuse ou ethnique… Un féministe ne saurait porter le voile islamique, c’est bien connu!

Un courant majoritaire qui délégitime les autres? ça sent le rapport de domination, ça… Au sein d’un mouvement émancipateur… Surtout que celles qui se revendiquent porteuses du « vrai courant féministe » sauraient mieux que les autres ce qui est bon pour ces dernières : « non, tu ne porteras pas de foulard! c’est un signe d’oppression. on s’en fout si tu essaies de nous faire croire que tu le portes pour revendiquer ton appartenance -ou plutôt ta non-appartenance-, comme un retournement de stigmate  » ou « oui, tu dois avoir une carrière et du succès professionnel coûte que coûte, même si ça implique laisser tes enfants dans une crèche de piètre qualité 10 heures par jour, à partir de 3 mois…. et que ça te brise le cœur c’est pas important! refuse la culpabilité (car il s’agit d’office de culpabilité et pas d’un sentiment plus simple comme la frustration de ne pas pouvoir continuer à te blottir encore quelques mois contre le corps de ton bébé)! nous l’avons bien fait avant toi! »

2. Confusion entre « maternité » et solidarité envers les plus vulnérables – l’éthique du soin.

En même temps,  E. Badinter, dénonce les « dérives réactionnaires » des autres courants qui érigeraient « la maternité en modèle politique ».

Je trouve cette prise de position inquiétante de la part d’une féministe.

Confondre maternité (essentiellement féminine) et capacité à soigner les plus vulnérables (enfants, malades, vieux, infirmes…) c’est suggérer que l’aptitude au soin serait sexualisé.

Aucune femme et aucun homme qui choisissent de donner (même temporairement) la priorité aux soins à ses être chers avant une carrière, la réussite matérielle et la notoriété se posent la question  « est-ce que je suis en train de réaliser une tâche féminine (et donc pas valorisée)? » « Est-ce que en faisant ça, je suis en train de me soumettre à l’autre sexe? » Ceux et celles qui soignent les autres par choix le font mus par le désir de donner aux autres ce dont ces autres ont besoin.

C’est de sollicitude qu’il s’agit. Pas de culpabilité, pas d’obligation.

Comme Fabienne Brugère soutient dans son ouvrage « Le sexe de la sollicitude« , lorsque celle-ci est imposée (comme c’est le cas des mères qui ne font rien d’autre que materner parce qu’on leur IMPOSE ce rôle), elle est souvent féminisée. C’est la cas actuellement dans nos sociétés (faut pas aller chercher loin dans le Tiers Monde, non, non) où les tâches dites hospitalières sont effectuées dans sa grande majorité par des femmes.

Non, nous ne parlons pas de maternité. Il s’agit d’une question éthique qui dépasse ce rôle traditionnel de dévouement tenu par les femmes. C’est bien de solidarité envers les plus vulnérables qu’il s’agit.

Maintenant, je suis d’accord avec Mme Badinter s’il s’agit de dénoncer que le soin soit érigé en attribut féminin et que la sollicitude soit l’apanage d’un sexe, le sexe « faible ». Oui, je dénonce (avec elle, si elle veut) la sexualisation de la sollicitude.

Mais je me demande… Est-ce que ce refus catégorique de la maternité comme expérience positive dérange certaines féministes parce que ça leur rappelle leur vulnérabilité? Le fait que hommes et femmes aient besoin, un jour ou l’autre des autres? Quand il sont bébés, enfants, vieux ou malades? A mon avis oui! Pour une féministe qui croit que la seule manière d’être accompli(e) et épanoui(e) est possible en tant qu’individu tout puissant, se savoir vulnérable et dont susceptible d’être ému(e) par la vulnérabilité doit être difficile à encaisser.

Alors, que faire de nous, les femmes qui donnons la priorité (de nouveau, ne fut-ce que temporairement) à soigner ceux que nous aimons (nos enfants et notre planète Terre, notre mère Terre)… et qui nous revendiquons féministes? (Et qui sommes souvent entourés d’hommes dans le même état d’esprit que nous et qui partagent bien plus les tâches ménagères que ceux dont les femmes choisissent biberons, couches jetables, petits-pots industriels et crèches 10 heures par jour)

Je serai la première à dénoncer et à me battre contre l’accouchement sans péridurale, l’allaitement, les couches lavables… comme un danger pour l’émancipation, si on pouvait me garantir ou me pouver que si toutes les femmes de la planète avaient accès gratuitement et sans restrictions au lait en poudre, couches jetables, petits pots, crèches 24/24… le problème de l’égalité homme/femme, du plafond de verre, de la sous-représentation en politique, de la violence intra-familiale seraient réglés.

Je n’y crois pas une seconde!

Je pense, d’après les interviews qu’elle a adonné, que Badinter fait fausse route.

(Mais je vais quand même lire son bouquin… On va me le prêter… vous pensez bien que je ne vais pas dépenser mes sous à ça 😉 )

Je suis mère, écolo et je suis féministe. Voilà comment!

Ceci est un post interactif. Je vous invite à témoigner sur votre expérience de la maternité et du féminisme.Peu importent vos choix en termes de soins aux enfants, ce qui importe c’est de partager avec nous les moyens que vous avez mis en œuvre pour concilier ces deux aspects de votre personnalité, s’ils se conjuguent chez vous.

Il s’agit d’un n-ième exercice de réponse à une certaine Elisabeth, trop loin dans la stratosphère philosophique (et que je soupçonne envieuse de nous, qui avons osé demander le beurre et l’argent du beurre, l’égalité des chances et un vécu charnel, intense et jouissif de la maternité).

Des réponses concrètes pour montrer que oui, c’est possible…

Voici ma réponse :
« Je suis mère, écolo je suis féministe. Voilà comment!

Quand j’ai réalisé que j’avais envie d’avoir des enfants, je me suis renseigné sur la première étape du voyage : la grossesse et l’accouchement. J’ai découvert que souvent les femmes accouchent sous contrôle (perfusées, allongées de forcé, leur travail rythmé par des impératifs de gestion d’une institution patriarcale, comme c’est le cas des hôpitaux, où le pouvoir revêt, en même temps que sa blouse blanche, une attitude de supériorité face aux patientes). Je n’ai pas voulu ça. J’ai choisi d’accoucher libre : où je voulais, comme je voulais.

Puis, les enfants ont commencé à poser des changements dans l’organisation de la vie quotidienne : les tétés nocturnes paisibles et à moitié endormie de premières semaines ont fait place à des réveils nocturnes. Gérables pendant le congé de maternité/parental. Insupportables une fois de retour au bureau.

Au lieu d’incriminer l’allaitement et d’arrêter, mon mari a assuré les réveils nocturnes, où l’on a remplacé les tétés problématiques par des câlins, berceuses et autres promenades.  Au bout de trois jours les réveils se sont arrêtés, la plupart des tétés de nuit aussi… mais pas l’allaitement.

Puis, le crèche à raison de dix heures par jours avant un an nous semblait triste. C’est mon homme qui a assuré le mi-temps disponible pour éviter ça : Nos enfants n’ont pas connu des journées entières à la crèche. Merci à leur papa.

Qui fait les courses (oui, bio, dans les marchés et presque jamais dans la grande distribution!)? Papa. Qui repasse? Papa. Qui rince les (déjà rares, propreté arrive) couches en tissu? Papa.

Qui est engagée dans des activités militantes à la maison? Maman. Qui travaille plus d’heures/semaine? Maman. Qui gagne plus? Maman.

Est-ce que je serai prête à échanger ces trois dernières choses avec Papa? Oui. Du moment où tout le monde s’y retrouve et que ça me permet d’avoir plus de temps pour moi.« 

Et si allaiter était juste une source de plaisir?

Découverte (tardive) d’un bel ouvrage sur la puériculture ou, plutôt, sur les couacs inévitables de cette « science »(?) au cours des 100 dernières années.

« L’art d’accommoder les bébés » de G Delaisi de Parseval et de Suzanne Lallemand est un beau livre, plein d’humour et d’insolence. Un bol d’air lorsque l’on consomme des doses pathologiques de lectures sur le sujet.

Rien à jeter jusqu’ici (pas encore terminé, mais je suis complètement enthousiaste) dans ce texte! Mais le plus intéressant, c’est le point de vue que les auteures développent sur l’allaitement.

En gros, elles ont écrit THE argument féministe pour aborder l’allaitement (en tout cas, à mes yeux): et si ce qui poussait (ou pourrait pousser) les mères à allaiter n’était ni l’instinct, ni un calcul rationnel (« c’est le meilleur pour le bébé ») mais mais le plaisir qu’il procure?

Parce que donner le sein est BON, pas dans le sens moral du terme, mais dans le sens des sensations de volupté et de bien-être qu’il permet de vivre à la mère et je ne parle pas seulement des orgasmes qui peuvent accompagner certaines tétées… Non! Je parle aussi des plaisirs moins spectaculaires, comme le reflexe d’éjéction du lait (c’est une sensation qui n’a pas de mots), comme le simple contact de la peau du bébé, la légèreté des seins vides après la tétée…

Mais bon. Allaiter n’est pas qu’une partie de plaisir. Crevasses, mastites, engorgements sont très courants et découragent beaucoup d’entre nous à allaiter.

D’où la nécessité de soutien pour résoudre ces problèmes qui peuvent être passagers si accompagnés à temps… Mais il faut savoir respecter celles pour qui l’expérience n’est pas satisfaisante. Il est tellement courant d’entendre « je n’avais pas assez de lait » ou « j’ai eu des problèmes »… Normal si l’on présente l’allaitement comme un acte mécanique et exclusivement alimentaire (exclusivement du point de vue du bb, en somme!), comme un acte de sacrifice attendu des mères, celles qui ne veulent pas allaiter doivent se justifier.

Sincèrement, je serai plus rassurée lorsque j’entendrai de temps à autre « j’ai arrêté parce que ça ne m’a pas plu! ».

Finalement, d’un point de vue politique : et si l’on défendait l’allaitement comme un droit à la jouissance de cette fonction du corps ?

Il est difficile de convaincre des politiques (probablement élevés au lait industriel et apparement en suffisament bonne santé pour être aux commandes!)  de la nécessité de l’allaitement exclusif jusqu’à 6 mois (et des aménagements qu’il devrait comporter d’un point de vue des lois du travail) en mettant en avant la santé des bébés… parce que… les bébés nourris au biberon sont généralement en bonne santé aussi! (faut arrêter la culpabilisation des mères qui n’aiment pas allaiter!)

Et si on décidait d’exiger la possibilité de vivre la maternité et la paternité avec plaisir et pas dans la douleur et la frustration ? Plaisir d’allaiter, mais aussi de partager son temps avec ceux et celles que nous aimons et de prendre le temps pour donner un biberon dans la détente et pas devoir confier ces tâches à des mains étrangères, aussi professionnelles et compétentes soient-elles.

Bref, parfois l’enfer est pavé de bonnes intentions… et les arguments pro-allaitement sont souvent très moralisateurs et donc à regarder deux fois plutôt qu’une!

Qui soigne qui ? Le nœud des nouvelles luttes féministes ou comment guérir un féminisme moribond

Deux débats m’ont longuement occupé ces derniers jours. Deux préoccupations féministes, avec des acteurs différents, dans des lieux très éloignés.

L’un suivit la publication de l’article « Quand l’écologie renvoie les femmes à la maison ? » dans le Mariane d’il y a quelques jours. (voir aussi mon post précèdent)

L’autre suivit la publication du dernier n° des Cahiers Marxistes « Les unes et les autres », sur le féminisme et le multiculturalisme.

L’un s’est déroulé dans des forums, sur internet, principalement entre participantes françaises.

L’autre s’est tenu à Amazone, entre belges de première, deuxième ou n-ième génération.

Dans l’un, la « libération de la femme » était présenté comme étant indissociable de son entrée au monde du travail, de l’utilisation des produits de consommation industrialisés et de la limitation des soins aux enfants à leur strict minimum. Je les appelle les femmes-libérées-par-leur-carrière. On y présentait les femmes qui choisissent de renoncer à leur carrière pour s’occuper des enfants comme des anti-féministes.

Celles qui, comme moi, réussissent tant bien que mal à pratiquer des choix de maternage de proximité (accouchement à domicile, allaitement de + d’un an, cododo, portage…) et des modes de consommation écologiques et éthiques avons été très choquées par l’amalgame… Néanmoins, c’est vrai : il existent des femmes et des hommes (avec un niveau d’éducation supérieur et dont l’intelligence n’est pas à prouver !) qui choisissent de renoncer à une carrière professionnelle pour se dédier exclusivement à la « reproduction », et ils et elles le font parce que l’alternative qui s’offre à eux et à elles (devoir jongler avec des horaires de malades, renoncer à voir ses enfants, etc…) est incompatible avec leur manière de vivre la maternité/paternité (soit parce qu’elles/ils choisissent d’avoir une famille nombreuse, soit parce qu’elles/ils aiment s’occuper des soins, des tâches domestiques… et oui, ça existe, des gens qui aiment ça !) . Le hic, c’est que c’est rare de trouver des hommes dans ce cas… Alors, les femmes-libérées-par-leur-carrière ressentent le choix des autres comme une véritable trahison (et oui, elles n’ont pas d’autre choix que de jongler avec les horaires de malades, de renoncer à la proximité avec leurs enfants…).

L’axe de l’autre débat était la diversité des stratégies et les limites que, en nom de l’égalité des genres, devaient être imposés, dans nos sociétés, pour garantir l’émancipation féminine. Ça serait impossible de synthétiser la richesse des débats. On a discuté de féminisme et anti-racisme, de féminisme « intéllo » et féminisme populaire, de féminisme musulman et de politiques de la diversité…

J’ai eu le sentiment diffus, que l’enjeu était celui de démasquer soit ce qui, au nom du féminisme, était une dérive raciste ou soit ce qui se voulant féministe, était une justification pour maintenir certaines discriminations à l’égard des femmes.

Je pense que, néanmoins, il y avait consensus sur le fait que toutes les démarches visent la même chose, c’est à dire, la liberté et l’égalité. Il est plutôt question de choix stratégiques qui peuvent sembler difficiles à comprendre par certaines militantes de longue date. Est-ce que c’est concevable, pour une femme qui se revendique féministe de faire des choix qui rappellent la condition féminine subordonnée d’avant les années 60 ? Le foulard islamique et le choix de rester à la maison, pour s’occuper des enfants sont nécessairement anti-féministes ?

Le féminisme universaliste, républicain et libéral des Lumières, qui considère que l’humain ne peut l’être véritable ment que si indépendant, autonome, délié de toute influence extérieure et sans attaches affectives ou limitations de toute sorte est-il encore compatible avec les préoccupations d’une génération qui voit l’environnement se dégrader ? Est-il encore porteur d’un modèle fiable quand on voit que la libération-par-la-carrière est possible grâce à l’exploitation des femmes des sociétés plus pauvres, qui migrent pour s’occuper des vulnérables (les vieux, les bébés, les malades), parce que les hommes des femmes libérés-par-leur-carrière refusent de le faire ?

Les femmes d’origine étrangère qui assument et affichent leur différence (par le foulard, par une autre forme de signe distinctif ou engagement public) sortent de l’invisibilité que les sociétés du Nord imposent. Elles refusent le rôle qu’on leur assigne.

Les femmes qui refusent de faire carrière refusent aussi un modèle où la reproduction serait la « basse besogne ».

Et toutes les deux refusent la fatalité que le système économique et l’idéologie libérale impose :
– il faut être un bon consommateur
– il faut se réaliser dans ce qu’on fait
– il faut être performant

Finalement, la distance n’est pas ce qu’elle semble être…

Quand Marianne incite à la consommation de produits industrialisés

Mon coup de gueule su Agoravox

A croire l’article paru dans Marianne, « Quand l’écologie renvoie les femmes à la maison », (également commenté sur NaturaVox) l’accouchement non-médicalisé, l’allaitement, l’utilisation des couches lavables et le refus de consommer des produits industrialisés seraient des pratiques dangereuses, voire déviantes. La promotion de celles-ci serait une sorte d’encouragement à la relégation de la femme dans la sphère reproductive, un retour en arrière.

Je suis convaincue que ces pratiques sont surtout une forme de résistance à un modèle relationnel individualiste et compétitif, où la qualité des rapports est évaluée à partir du point de vue de la performance et où il n’y pas de place pour le respect de notre écosystème.

D’après mon vécu de mère, de citoyenne et de féministe, ces choix parentaux sont complètement compatibles avec une vie “moderne” et, contrairement à ce que cet article prétend, ils encouragent une implication des hommes dans la sphère de la reproduction. Je rejoins tout à fait l’auteure de l’article dans sa conclusion : la répartition des tâches ménagères et des soins entre les sexes est inégalitaire. Mais de là à vouloir nous faire croire que le choix en matière de parentage soit le problème…

Les choix comme l’allaitement, le cododo, l’accouchement libre et l’utilisation des couches lavables visent à créer et maintenir un lien intense entre parents et enfants pour un épanouissement de tous les membres de la famille et dans le respect de l’environnement. Est-ce que cela implique nécessairement le « retour » de la femme au foyer ? Est-ce qu’elle en a été vraiment libérée avec l’arrivée des biberons, des petits pots et des couches jetables ?

En tant que mère, travailleuse et femme pratiquant ces choix, je suis aussi sensibilisée à un mode de consommation raisonné et raisonnable. Le respect de la nature est une priorité pour moi et inspire souvent mes préférences en matière d’éducation et de mode de relation avec mes enfants. Néanmoins, respect de la nature ne veut pas dire pour autant “naturalisation” de l’identité de genre. Il ne faudrait pas confondre le style de parentage que je défends, qui est basé sur l’empathie et le respect des sentiments et besoins de l’enfant avec un quelconque paradigme basé sur “l’instinct maternel”.

Personnellement, l’idée que l’on puisse prôner le fait de “suivre son instinct maternel” me semble une source inépuisable de culpabilisation des mères qui ne ressentent pas cet “instinct”. Je suis sûre que nous n’en ressentons pas. Nous l’apprenons et nous l’agissons… et nous sommes libres de le choisir.

Ma démarche est un choix conscient, réfléchi, orienté par la jouissance de la proximité avec l’autre en général et l’enfant en particulier. Il diffère, d’un autre style de parentage axé sur la performance et cette performance est mesurée en fonction du moindre impact sur la vie des adultes (moins de pleurs, moins de réveils nocturnes et, en général, moins de ‘contraintes’ sur le corps des parents, surtout de la mère) et est basé sur les croyances que l’on doit “apprendre l’autonomie” à un jeune enfant et que les soins à son égard doivent être reduits à leur strict minimum, coûte que coûte. On ne s’interroge pas sur qui fait les frais de cette économie de soins : les plus vulnérables, la plànète.

Ces choix émanent souvent d’une réflexion de la part de parents conscients, qui refusent d’ailleurs que ceux qui font partie de la sphère médicale ou psychanalytique se croient les seuls à jouir d’outils de réflexion et que les seules ressources existent dans la consommation de marchandises.

Comme pour toute pratique sociale, il est primordiale que les parents qui se sentent attirés par des alternatives puissent découvrir d’autres pratiques de parentage et de se les approprier. Les articles comme celui de Marianne, qui ne proposent rien en termes pratiques mais qui dénigrent des choix qui sont de plus en plus répandus, me semblent peu constructifs.

Je me dis mère insoumise car je refuse de me soumettre à une idée figée et normative de la maternité, de ce que je serais censée sentir ou faire en tant que mère et en tant que femme. Je veux tout simplement vivre cette expérience d’une manière épanouissante et durable et cela passe par une profonde remise en question de ce que la société attend des femmes et des modèles féminins qu’elle propose. Je ne me reconnais pas en la mère courage qui ne fait que ce que son enfant lui demande, lui exige… Je ne me reconnais pas non plus dans le modèle de la professionnelle carriériste pleine de succès, mince et avec un brushing toujours impeccable… encore moins dans la superwoman qui a des enfants parfaits, qui mène son ménage de main de maître et qui enchaîne voyages d’affaires et promotions chaque année.

Les pionnières de la seconde vague du féminisme se sont méfiées de la maternité et ont vu en elle l’origine de l’oppression que nous devions combattre. Elles avaient raison : la maternité imposée devait être un véritable cauchemar. Ne pas savoir si durant des mois ou des années on tomberait enceinte ou on serait à charge d’un ou de plusieurs enfants, s’avérait incompatible avec le développement de tout projet personnel. Sans contraception sûre ni accès à l’avortement, la seule manière de préserver son autonomie était la chasteté et le célibat, mais très peu osaient choisir délibérément cette voie.

Maintenant nous avons les moyens de nos choix.

Le féminisme – surtout le féminisme libéral et reformateur- est victime de son incapacité de considérer l’ humain dans sa dimension relationnelle : il ne suffit pas de définir un idéal de l’être, il est nécessaire d’observer comment est la vie quotidienne, comment sont les affects et les émotions. Le citoyen modèle est un homme blanc hétérosexuel et bon consommateur. Devons-nous nous assimiler à ce modèle ? Devenir ce modèle ?

Notre vie quotidienne est faite de rencontres et de relations avec d’autres êtres : hommes, femmes, parents, enfants, vieux, bébés, gens autonomes, gens dépendants… Elle est aussi faite d’interactions avec l’environnement. Il est urgent, aujourd’hui, de penser à un féminisme qui libère nos relations et qui nous offre du bonheur -ou au moins de la satisfaction- dans ce qui est quotidien et dans nos rêves. Ce féminisme-là nous oblige à penser l’égalité et la liberté dans un contexte relationnel. La question n’est plus « qui est l’ennemi principal ? » La question est « comment vivre et être heureux sans ennemi ? »

Quel féminisme pour une laïcite interculturelle?

Voici mon dernier article dans le Bruxelles Laïque Echos… Si vous voulez le lire « à la source », c’est en page 17

Bonne lecture!

Quel féminisme pour une laïcité interculturelle ?

Parmi les principes chers à notre mouvement, l’égalité des genres s’érige comme un fleuron, comme la plus-value qui nous permettra de marquer « notre différence dans le débat philosophique qui nous oppose aux religions »[1].

D’un côté, l’engagement dans des combats comme celui pour la dépénalisation de l’avortement ont placé notre mouvement à l’avant-scène des luttes pour l’émancipation des femmes.

D’un autre côté, la démarche des féministes -que cela soit à l’époque des Lumières, lors de son émergence, ou lors de la 2ème grande vague du mouvement, au 20e siècle-, consiste à déconstruire et à dénoncer la supériorité et l’universalité du sexe masculin dans le Droit naturel (Olympe de Gouges, Wollstonecraft) et dans les savoirs (Beauvoir). Cette démarche pleinement libre-exaministe démontre les irrationalités au sein du Droit et au sein de la pensée scientifique.

Une bonne partie du travail critique de figures comme Simone de Beauvoir s’est concentrée à dénoncer le fait que les sciences (naturelles et humaines) « oublient » de s’appliquer à elles-mêmes la critique méthodologique d’interrogation de ses idées fondatrices ; cette critique permettrait de mettre en question le postulat de bon nombre de disciplines qui définissent les femmes comme les « autres ».

Néanmoins, au delà de l’engagement laïque dans la lutte pour l’égalité des genres et des fondements libre-exaministes de la démarche féministe, les moyens proposés actuellement par une majorité de militants laïques pour atteindre l’égalité flirtent avec une « tentation dogmatique » : celle d’imaginer qu’il y aurait un seul modèle d’émancipation et un seul moyen d’y parvenir.

Laïcité et féminisme : même combat ?

Ces deux mouvements semblent se fondre dans une même démarche et semblent partager des objectifs communs. Certains auteurs affirment que « Le féminisme est une plante qui ne peut pousser que dans le terreau de la laïcité »[2]. Faut-il être laïque pour être féministe ?

Toutes les femmes qui, un jour ou l’autre, prennent conscience de leur condition, se révoltent contre une configuration des rapports de genre qui les placent dans une position de subordination et s’engagent dans la lutte pour changer cette situation peuvent être appelées féministes.

Cette prise de conscience se fait à partir de l’expérience de chacune, elle-même façonnée à partir du contexte où elle a évolué. Il y a une infinie diversité de femmes et elles ne composent pas un groupe social déterminé. Avant d’avoir conscience d’être femme et subordonnée en tant que telle, on appartient à une classe, à un « groupe ethnique », à une communauté, etc. Souvent, la prise de conscience de la discrimination de genre vient se greffer à d’autres discriminations sociales, de couleur de peau, d’appartenance à une communauté, d’orientation sexuelle, etc.

C’est à partir de l’appartenance à un contexte spécifique que les femmes s’inscrivent dans une démarche féministe et c’est en identifiant ce qui est à l’origine de leur subordination qu’elles développent leur action. Cela peut inclure une remise en cause des croyances religieuses, mais pas toujours et pas nécessairement. Il est possible de remettre en cause certains dogmes religieux, qui seraient à l’origine de l’inégalité de genre, sans toutefois renoncer en bloc à l’idée de l’existence de dieu.

Par exemple, il existe actuellement, un mouvement qui prône une re-lecture des textes religieux, notamment parmi les féministes musulmanes, et qui remet en cause le statut inférieur des femmes au sein de leur communauté. Cette démarche peut ne pas être laïque, mais elle est anti-dogmatique et définitivement féministe.

Ainsi, au sein de chaque groupe social et de chaque société, les femmes vivent des formes spécifiques d’oppression, d’où la difficulté à unifier les stratégies pour arriver à l’égalité : à partir de chaque contexte, les moyens adaptés pour abolir les discriminations doivent être ciblés puisqu’il s’attaquent à un mécanisme de domination particulier. Plus que le fait de partager le même sexe, c’est l’universalité de leur subordination qui rapproche les femmes et, malgré les combats gagnés, aucun pays ou aucune société ne peut se targuer d’être arrivé à vaincre le patriarcat. Même les sociétés démocratiques, où la laïcité est reconnue, où l’égalité de genre est acquise au niveau juridique, où la loi proscrit les discriminations n’ont pas réussi à détruire l’inégalité de fait, le plafond de verre, la double journée de travail, la sous représentation politique des femmes…

Certes, historiquement, le combat laïque a réussi à préserver l’espace public des dogmes religieux qui instauraient inégalité des genres, mais ce sont les femmes qui ont démontré où s’arrêtait l’universalité prônée par les Lumières, où se situaient les limites des raisonnements progressistes. Le mérite des militants laïques a consisté à intégrer pleinement, mais ultérieurement, cette démarche critique des femmes dans leur combat et, ce faisant, ils ont ajouté de la cohérence à leur démarche, s’inscrivant dans une tradition anti-dogmatique et libre-exaministe.

La laïcité n’a pas permis, à elle toute seule, de créer une société égalitaire pour tous les sexes, c’est pour cela que la lutte féministe continue. Mais, le féminisme ne peut être véritablement universel que s’il prend en compte les différences de contexte qui sont à l’origine des différentes stratégies de libération des femmes.

Conquêtes du féminisme libéral…

En Europe, la conquête de l’égalité formelle s’est faite d’abord à travers le suffrage universel, puis sur base d’autres politiques de promotion de l’égalité des genres majoritairement et traditionnellement issues d’une vision libérale de l’individu et du féminisme.

A partir de cette vision, qui est en filiation directe avec les idéaux de la Révolution française, la liberté individuelle et l’égalité sont les deux axes principaux de la lutte.

Ce courant estime que les réformes des lois vont permettre d’atteindre l’égalité complète : les sociétés démocratiques modernes seraient perfectibles et passibles d’être mieux adaptées aux femmes. Dès lors, un effort doit être fourni en termes de lutte contre les valeurs rétrogrades, souvent véhiculées par les religions, rendant possibles les discriminations. Alors, les moyens les plus efficaces pour enrayer les discriminations seraient la représentativité politique des femmes, l’éducation non-sexiste et un arsenal juridique approprié à la lutte contre les discriminations.

Dans la vision libérale du féminisme, on croit à la possibilité d’atteindre l’égalité des genres dans le système actuel. C’est pour cette raison qu’on appelle ce courant « réformiste » ou « modéré » et ce malgré les apparences combatives que ses tenants pourraient endosser. En effet, les féministes libéra-ux-les seront souvent mal à l’aise avec les lois sur la parité, les systèmes de quotas et autres mécanismes basés sur l’identité de genre qui tentent de proposer des solutions aux échecs des mesures formelles.

Finalement, dans cette perspective, l’universalisme libéral serait tout à fait capable de s’accommoder des différences de toute sorte si toutefois l’individu se montre capable de laisser ses appartenances de côté au sein de la sphère politique.

Nous sommes dans une grille de lecture, inscrite dans la tradition moderne qui, depuis Descartes, repose sur le mythe du sujet en tant que substitut de Dieu dans la philosophie : sujet conscient, autonome, unifié, rationnel, calculateur, transparent… Cette tradition se traduit, dans le domaine politique, par une conception des citoyens équivalents entre eux et abstraits, déliés de leurs particularités et imperméables à une quelconque détermination sociale, économique, culturelle ou politique qui engendre la maîtrise d’un groupe dominant sur les autres composantes de la société. A un tel niveau d’abstraction, tous les individus peuvent être dit égaux en droit alors que dans les faits cette conception masque la maîtrise d’un groupe dominant sur les autres composantes de la société. Toute la pensée « post-moderne » (psychanalystes, anthropologues, philosophes, etc.) a consisté à déconstruire ce dogme de l’individu et à montrer qu’il ne correspond en rien à la réalité des hommes et des femmes concrèt-e-s.

… et défis féministes de la laïcité interculturelle.

Face à l’échec des mesures formelles (accès au droit de vote, égalité juridique) pour donner une place aux femmes dans la sphère publique et dans un contexte d’effervescence sociale et politique, émergent d’autres positions et d’autres voix. Certains vont qualifier ces nouvelles démarches féministes de « radicales ».

Ce courant radical va dénoncer l’impossibilité de lutter contre l’oppression des femmes sans une profonde remise en question des fondements de la société, de la démocratie et des rapports sociaux. Les réformes ne suffisent pas à distribuer le pouvoir et les ressources entre l’ensemble des citoyens. Le changement que les femmes exigent n’est pas une adaptation du système à leurs intérêts sur base de mesures d’exception, mais une part active dans la prise des décisions qui concernent la chose publique et « si les impératifs sociaux sont tels que la majorité de la population ne puisse s’y adapter, c’est qu’ils sont inadéquats et qu’il faut les changer. »[3]

De même, le courant radical s’est nourri de l’analyse d’autres féminismes, vénus d’ailleurs, nourris des expériences de femmes noires, des lesbiennes, des transgenres, des femmes du Sud et, en général, des femmes issues des sociétés post-coloniales. Elles ont dénoncé la réalité des discriminations multiples et le vécu d’un quotidien marqué par le racisme et les injustices à l’égard de leur communauté ou de leur « race ». Pour beaucoup d’entre elles, la prise de conscience de leur oppression en tant que femmes est indissociable de la prise en compte de l’oppression qui les rend aussi solidaires avec leurs hommes.

Les constats qu’elles apportent exigent l’élargissement des stratégies de lutte contre les inégalités. Plus que jamais, les voies pour l’émancipation des femmes semblent se multiplier et se diversifier.

Néanmoins, malgré cette richesse, nous retrouvons, dans nous sociétés occidentales et confrontées à la diversité de leur population, un discours excluant et stigmatisant qui, sous couvert d’un discours émancipateur, prône une seule voie, prétend verrouiller la démarche de lutte pour l’égalité de genre et l’utiliser pour créer une division et une classification entre les femmes.

Les démarches qui visent à dénoncer le sexisme spécifique au sein d’un groupe social -souvent ethnicisé- le qualifiant « d’extraordinaire » provoquent, à juste titre, le refus des femmes que ce discours voudrait émanciper.

De même, en dénonçant le sexisme chez les « autres » on tente de nier les inégalités présentes dans toute la société. Cette démarche se présente comme féministe, mais « Tout ce qui minimise le patriarcat ou la conscience de son existence va à l’encontre du féminisme comme action et comme théorie »[4].

Pour une laïcité sensible à la polyphonie féministe et féminine

Tout au long de son histoire, la laïcité a su intégrer les voix de ceux et de celles qui ouvrent des brèches dans la pensée unique. Actuellement, le défi est celui d’intégrer ces nouvelles voix féminines qui dénoncent le fait que l’égalité entre les sexes prétende être l’apanage d’un seul groupe social.

Idéalement, la laïcité devrait enrichir son projet du « vivre ensemble » tout en créant des alliances avec des femmes qui se retrouvent dans cette intention anti-dogmatique. Mais, attention « Si on dit que l’égalité homme-femme ne se conçoit qu’en se débarrassant des religions, aucune femme croyante n’adhèrera à cette idée d’égalité parce qu’elle percevra le féminisme comme une menace pour ses valeurs religieuses. Tout en sachant, en plus, que les hommes pratiquant la même religion auront vite fait de diaboliser le féminisme… »[5]

Dans la démarche actuelle du mouvement laïque belge, qui vise à créer des « rencontres avec (… ) celles qui aspirent à la reconnaissance de leurs droits et s’organisent pour se défendre et y parvenir »[6] une attitude d’ouverture pour une polyphonie féministe semble plus nécessaire que jamais.


[1] P Galand Regards sur la laïcité. Vers une société plus juste. Passerelles n°66 p 9

[2] Teresa López Pardina in Feminisme et laïcité Révue Chimères, n° 65 p138

[3] F Collin La démocratie est-elle démocratique ?, repris dans Cahiers du Grif (« La société des femmes »), Bruxelles, Ed Complèxe, 1992

[4] C Delphy Antisexisme ou antiracisme ? Un faux dilemme Nouvelles Questions féministes, n°1 – 2004, p 77

[5] Mwana Muke Je suis une féministe bourgeoise http://www.feministes.net/

[6] P Galand Regards sur la laïcité. Vers une société plus juste. Passerelles n°66 p 9.

%d blogueurs aiment cette page :